mardi 6 janvier 2009

"Le coucher d 'Yvette" Premier Strip Tease au Cinema Alice Guy Blache Cinema Pioneer Whitney Museum 2009 New York


Il y a 112 ans : Le cabaret parisien "Le Divan japonais" présente le premier spectacle professionnel de strip-tease.
Au lendemain de la désastreuse défaite de 1870 et du drame sanglant de la Commune, Paris s'étourdit dans le plaisir et les fêtes. Des Grands Boulevards à la Butte Montmartre, s'étend un quartier, où se mêlent ouvriers et bourgeois en quête de plaisirs. Bals campagnards au sommet de la Butte Montmartre et bals musettes sur ces pentes attirent le chaland. Cafés chantants, cafés-concerts et les nombreux bars sont le rendez-vous des bohèmes, artistes et littéraires. A côté des grandes salles de cafés-concerts, il y a de plus modestes établissements où pour une consommation modique, les chanteuses du jour, accompagnées de musiciens, alternent obscénités et bluettes pour des bourgeois et aristocrates ravis de cet encanaillement. "Le Divan japonais", sis au 75, rue des Martyrs, est l'un de ces cafés-concerts. Les décors intérieurs sont faits de meubles en bois laqué et en bambous, de lampions et de peintures sur soie dans le style japonais très en vogue à l'époque. En 1892, le peintre Henri de Toulouse-Lautrec y réalise sa fameuse affiche intitulée, le "Divan japonais". C'est dans ce café-concert que la diseuse Yvette Guilbert et la danseuse Jane Avril remportent leurs premiers succès. Ce serait dans ce même établissement que Charles Baudelaire, a pu voir, le 13 mars 1894, "Le Coucher d'Yvette", un spectacle révolutionnaire, le premier strip-tease. Sur scène, une comédienne, Blanche Cavalli, se déshabille avant de se mettre au lit et enlève tous ses vêtements, le gilet, puis la robe, pièce par pièce, comme quelqu'un qui va se coucher, sans plus, mais elle va jusqu'au bout et c'est la première fois. A la fin, elle se retrouve, en apparence, nue, mais en fait, elle porte un collant couleur chair. Le Grand Larousse universel définit pourtant cet art comme "un numéro de déshabillage lent et suggestif exécuté sur une musique de fond ou de danse". En 1897, la première réalisatrice de cinéma française, Alice Guy-Blaché, tourne la version cinéma du "Coucher d'Yvette" pour la Gaumont. Sources : Toulouse-Lautrec, les lumières de la nuit/Claire et José Fresches, découvertes Gallimard, 1999, n° 132.

2 commentaires:

roroldam a dit…

Charles Baudelaire est mort en 1867, trop tôt pour assister au spectacle.

cordialement

Roland-François Lack

http://www.thecinetourist.net/

Blogger a dit…

I have just downloaded iStripper, so I can watch the hottest virtual strippers on my taskbar.